Warning: UPDATE command denied to user 'femmesemdrup0'@'10.0.65.12' for table 'drupal_cache' query: UPDATE drupal_cache SET data = 'a:599:{s:13:\"theme_default\";s:2:\"fe\";s:13:\"filter_html_1\";s:1:\"1\";s:18:\"node_options_forum\";a:1:{i:0;s:6:\"status\";}s:18:\"drupal_private_key\";s:64:\"d1d96ff3097aa6d0e9c69a331f8d9b08cb7cb8deec7b17ae0071d5f55dc41066\";s:10:\"menu_masks\";a:22:{i:0;i:127;i:1;i:125;i:2;i:63;i:3;i:62;i:4;i:61;i:5;i:59;i:6;i:58;i:7;i:56;i:8;i:31;i:9;i:30;i:10;i:29;i:11;i:24;i:12;i:21;i:13;i:15;i:14;i:14;i:15;i:11;i:16;i:7;i:17;i:6;i:18;i:5;i:19;i:3;i:20;i:2;i:21;i:1;}s:12:\"install_task\";s:4:\"done\";s:13:\"menu_expanded\";a:0:{}s:16:\"language_default\";O:8:\"stdClass\":11:{s:8:\"language\";s:2:\"fr\";s:4:\"name\";s:6:\"French\";s:6:\"native\";s:9:\"Français\";s:9: in /home/femmesem/www/includes/database.mysql.inc on line 128

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/femmesem/www/includes/database.mysql.inc:128) in /home/femmesem/www/includes/bootstrap.inc on line 610

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/femmesem/www/includes/database.mysql.inc:128) in /home/femmesem/www/includes/bootstrap.inc on line 611

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/femmesem/www/includes/database.mysql.inc:128) in /home/femmesem/www/includes/bootstrap.inc on line 612

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/femmesem/www/includes/database.mysql.inc:128) in /home/femmesem/www/includes/bootstrap.inc on line 613
Ces filles qui osent d'autres voies | femmes-emploi.fr
Lettre d'information
RSS
Syndiquer le contenu

Ces filles qui osent d'autres voies

Les filles qui osent d'autres voies

On le sait, les orientations scolaires restent très sexuées : d'un côté les filles, qui représentent 75% des jeunes issus de filières tertiaires aux niveaux CAP, BEP, Bac, BTS ou DUT ; de l'autre les garçons, qui représentent plus de 80% des jeunes sortis de formation industrielle de même niveau. Or le secteur tertiaire, très féminisé, se caractérise par une plus grande précarité et des pratiques de surqualification à l'embauche, contrairement au secteur industriel dans lequel la reconnaissance du diplôme ainsi que la prise en compte de la spécialité de formation sont beaucoup plus fortes.

Pourquoi ne pas sortir des schémas traditionnels ?

Le bilan de l'insertion professionnelle des jeunes filles qui se sont aventurées dans des filières atypiques car fortement "masculines", comme la mécanique, l'électricité, le BTP, mais aussi l'informatique, les mathématiques ou la physique, est encourageant par rapport à celui de leurs consoeurs issues d'autres spécialités. Si au niveau CAP ou BEP leur choix n'est pas pénalisé, on note qu'il devient même un avantage à partir du niveau Bac : elles ne courent pas plus de risque de chômage ou de temps partiel contraint que leurs consoeurs ayant choisi des filières "féminines", mais surtout elles accèdent plus souvent à des emplois de cadres ou aux professions intermédiaires, et leurs salaires sont plus élevés.

Une situation plus égalitaire pour les plus diplômées

Pour autant, si l'on compare la situation des filles et des garçons issus de filières "masculines", on constate que les inégalités perdurent, à l'image du monde professionnel. En particulier pour celles qui sortent de CAP ou BEP, leur début de vie est plus compliqué : leur parcours d'insertion et leurs conditions d'emploi sont moins favorables que celles des garçons, mais néanmoins elles accèdent au moins aussi fréquemment qu'eux aux professions intermédiaires ou aux emplois de cadres.

Aux niveaux supérieurs (2è et 3è cycle universitaires et grandes écoles), un certain rééquilibrage se dessine en termes d'orientation : les filles représentent 30% des filières scientifiques et 75% des filières lettres, sciences humaines et gestion. Pour celles qui ont choisi des filières atypiques, l'insertion professionnelle est quasiment similaire à celle des garçons, avec la même probabilité d'accéder aux catégories professionnelles plus valorisées. Néanmoins, une ombre demeure au tableau : les filles n'obtiennent pas des salaires identiques à ceux des garçons, et ce, quelque soit le niveau de formation ...

Rédigé par Anne-Françoise Khanine, d'après le Bref n°178, septembre 2001, auteurs Dominique Epiphane et Thomas Couppié (Céreq)
Forum

Vous avez une question en lien avec cet article ?

> Posez votre question sur le forum

Femmes emploi près de chez vous : entreprise en bretagne | formation en bourgogne | formation en guadeloupe | formation en nord-pas-de-calais | emploi en poitou-charentes | formation en réunion | entreprise en champagne-ardenne | formation en Île-de-france | entreprise en provence-alpes-côte d'azur | entreprise en midi-pyrénées | formation en centre